XIXèmes Rendez-Vous Gemmologiques de Paris®
Date : le 8 septembre 2022.

La Gemmologie Francophone

Lieu : ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, 75007, Paris

INTERVENTIONS 9h00 – 12h30

Les bijoux et les gemmes aux enchères dans les pays francophones à l’ère post-covid. Par Geoffray Riondet (Gérant Maison Riondet)

Les résultats des ventes aux enchères publiques permettent de suivre au plus près les évolutions du marché de l’art et plus particulièrement des bijoux et des gemmes. Les dernières données révèlent un marché particulièrement soutenu. Les XIXème Rendez-Vous Gemmologiques de Paris® sont ainsi l’occasion de donner des tendances et présenter quelques lots phares des ventes récentes dans les pays francophones.

.

Les pierres ornementales dans la joaillerie. Par Marie Chabrol (Enseignante-formatrice en gemmologie, Institut de Bijouterie de Saumur)

Au travers de la présentation de plusieurs pièces de bijouterie-joaillerie, nous nous emploierons à montrer l’évolution des matières utilisées dans l’industrie du bijou et de l’objet, avec un focus sur des matières souvent mieux connues des géologues et gemmologues que du grand public. Une manière de montrer que la beauté se trouve surtout dans les pierres et les roches les plus graphiques.

Histoire des rapports d’analyses gemmologiques. Par Aurélien Delaunay (Directeur LFG)

À la frontière entre document scientifique et document commercial, le rapport d’analyse gemmologique existe depuis longtemps. Il occupe une place prépondérante sur le marché des gemmes au point que certaines pierres sont achetées ou vendues sur la simple base d’un rapport. Mais comment ont-ils vus le jour et quel rôle a joué la France dans leur développement ? Petit retour en arrière, là où tout a commencé.

Les normes ISO pour le marché du diamant en joaillerie. Histoire et avantages. Par Jean Pierre Chalain (Directeur département diamants, SSEF)

Au-delà des constants efforts de la CIBJO, qui depuis plusieurs décennies actualise et publie régulièrement le livre CIBJO des diamants pour les professionnels, la confiance du consommateur est une préoccupation centrale de l’industrie diamantaire. Pour protéger la nomenclature du diamant sur le marché joaillier, la norme ISO 18323 – « Confiance du consommateur dans l'industrie du diamant » – a été adoptée en 2015 par les pays membres ISO du comité technique de la joaillerie ISO/TC174. Ces pays ont également adopté en 2020 la norme ISO 24016 – « Classification des diamants taillés - Terminologie, graduations et méthodes d’essai » – alors que les premiers travaux d’harmonisation de la graduation des diamants datent de 1989 ! Un bref historique de la naissance de ces normes et de leurs avantages seront présentés.

 

Pause

Le pendentif aux émeraudes du Cabinet des Médailles et des Antiques. Proposition d’interprétation. Par Marie-Laure Cassius-Duranton (Enseignant- chercheur, l’Ecole des Arts Joailliers)

A la lumière de la symbolique amoureuse de l’émeraude qui prévalait à la Renaissance, associée au motif des mains jointes (mani in fede), nous suggérons d’interpréter le pendentif dit « de Catherine de Médicis », conservé à la Bibliothèque nationale de France, comme un bijou matrimonial.

Les gemmes du Livre d’heures de François 1er. Par Gérard Panczer (Professeur, ILM – Université Claude Bernard)

La première analyse des gemmes du livre d'heures de François Ier (XVIe siècle) a été conduite au Musée du Louvre en 2021. Les spectrométries portatives conjuguées ont permis de proposer de façon argumentée que les saphirs roses sont originaires de Mogok (Birmanie) et que le grenat rhodolite du fermoir (décrit de façon erroné « tourmaline ») comme provenant du sud-est de l'Inde ou du Sri Lanka (Ceylan).

Emeraudes, tout un monde ! Par Gaston Giuliani (Directeur de Recherche émérite de l’IRD, CRPG)

« Émeraudes, tout un monde ! », édité par les Éditions du Piat, est un ouvrage collectif qui offre un nouvel éclairage sur l’émeraude et ses différentes facettes notamment géologique et gemmologique, mais également historique et sociétale.

 

L’enseignement de la gemmologie en France : organisation et fonctionnement. Par Laurent Massi (Gemmologue et artiste)

La gemmologie est la discipline ayant pour objet d’étude les pierres précieuses. Bel exemple d’interdisciplinarité scientifique, la gemmologie intègre en effet des concepts provenant de différentes disciplines scientifiques, de la physique à la géologie, en passant par la cristallographie et la minéralogie. Pour les personnes qui souhaiteraient développer des connaissances et des compétences en gemmologie, il existe en France une grande variété de formations diplômantes, certifiantes et qualifiantes, de la formation longue et complète à la formation courte (généraliste ou thématique), dont les qualités seront présentées lors de cette intervention.

 

INTERVENTIONS 14h00 – 18h00

 

Entre inclusions et illusions. Par Ingrid Lerouyer (Enseignante en gemmologie, LFG)

À partir de trois photos d’inclusions, trois courtes histoires gemmologiques illustrent l’écart qui existe parfois entre la perception visuelle et la réalité. En premier, la lechateliérite est comme un ver dans un verre vert. Puis, le visible à l’œil nu devient parfois invisible sous le microscope électronique à balayage. Enfin, on s’interroge sur la nature exacte d’une inclusion à l’aspect de fenêtre dans un quartz brut.

Sur la fissuration de l’opale. Par Boris Chauviré (Directeur Général de Geogems, Responsable formation et innovation)

L’opale est sujette à une déshydratation pouvant causer une fracturation, la rendant alors inutilisable comme gemme. Les opales étudiées montrant une fracturation (induite en laboratoire) amènent à conclure que le mécanisme varie selon leur conservation (conservée dans l’eau ou non). On peut ainsi créer des outils permettant d’estimer la susceptibilité d’une opale à la fracturation.

Haüy – La science des cristaux. Par Paola Giura (Maître de conférences, IMPMC – Sorbonne Université)

A l’occasion de l’année internationale de la Minéralogie, la collection des minéraux de Sorbonne Université présente une exposition temporaire en l’honneur de l’Abbé René- Just Haüy, père fondateur de la minéralogie en France et dans le monde et première chaire de Minéralogie de la Sorbonne. Cet exposé suit le fil conducteur de l’exposition qui, au travers de l’œuvre d’Haüy, l’un des plus grands savants de son époque, retrace les étapes de la naissance de la science des cristaux.

 

La découverte de la laurenthhomasite, un nouveau minéral d’intérêt gemmologique. Par Isabella Pignatelli (Maître de conférences, Université de Lorraine)

La laurentthomasite est un nouveau minéral d’intérêt gemmologique découvert à Madagascar. Ce silicate appartenant au groupe de la milarite a une structure complexe constituée par des anneaux de tétraèdres empilés le long de l’axe c. La caractéristique distinctive de la laurentthomasite est le fort pléochroïsme (probablement dû à la présence de Fe2+ et Fe3+ dans la structure) qui permet de la distinguer des autres gemmes bleues.

Détection du traitement thermique à basse température des corindons. Par Stefanos Karampelas (Responsable laboratoire, LFG)

Les corindons peuvent être chauffés à différentes températures afin d’améliorer leur couleur. L’identification du traitement thermique supérieur à 1000 °C peut souvent être réalisée avec un microscope (e.g., inclusions altérées) et également en utilisant des méthodes de spectroscopie. Néanmoins, le chauffage à basse température (ca. 800°C) ne donne que des effets mineurs observables au microscope. L’identification du traitement thermique à basse température peut parfois se faire par la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourrier, mais dans certains cas elle nécessite l’emploi de la microspectrométrie Raman, ce que nous détaillerons dans cette présentation.

Les luminescences du corindon. Par Maxence Vigier (Doctorant, IMN Jean Rouxel, Université de Nantes)

Les différentes couleurs de fluorescence – ou photoluminescence - du corindon sous rayonnement ultraviolet (UV) sont assez limitées : on en décompte cinq dont seulement trois sont courantes. Certaines ont une importance bien connue pour l’identification des corindons, même si l’on n’en comprend pas forcément l’origine. Nous proposons donc une petite revue de ce qui est connu. Toutes ces luminescences sont atténuées par la présence de fer, sous la forme Fe3+, à cause de l’absorption des UV par le transfert de charge O2- => Fe3+.

 

Pause

Immersion au cœur de la forêt amazonnienne. Par Raphaël Griffon (Joaillier créateur, Griffon Joailliers)

Immersion au cœur de la forêt amazonienne malgache d’Ilakaka ou encore dans le Tsavo, territoire du grenat tsavorite au Kenya, puis direction la Guyane où nous avons mis le cap en 2021 pour tourner les premières images du futur film « La Chair des Dieux ». Nous avons remonté le parcours d’extraction de ce fabuleux métal, l’or, qui depuis la nuit des temps, exerce une véritable fascination sur les hommes. De nos jours encore, il fait office de valeur refuge en période d’instabilité politique ou financière.

Synthétiser des diamants en laboratoire comme dans la nature. Par Hélène Bureau (Directrice de recherche CNRS, UMPMC – Sorbonne Université) La croissance des diamants naturels dans le manteau terrestre est encore aujourd’hui un mystère, car il existe plusieurs recettes pour faire croître du diamant dans les conditions de pression et de température de la profondeur. Afin d’apporter des contraintes sur cette croissance dans la lithosphère, nous avons utilisé les impuretés piégées naturellement dans les diamants pendant leur croissance : les inclusions minérales et fluides. En reproduisant des diamants contenant les mêmes inclusions que dans la nature, nous avons identifié le type de fluides parents des diamants naturels.

Le diamant de synthèse mêlé, actualités. Par Thomas Hainschwang (Directeur, GGTL Laboratories Liechtenstein)

Malgré son existence depuis 70 ans, le diamant synthétique n’est un problème significatif sur le marché que depuis relativement peu de temps, surtout pour les lots de diamants mêlé. Avant 2014, le diamant synthétique incolore étant aussi cher voire plus cher que le diamant naturel, les seuls diamants synthétiques trouvés dans les lots de diamants mêlé étaient des diamants de couleur. Ceci a changé depuis 2014 car des progrès apportés à la croissance du diamant synthétique ont permis une réduction significative des prix des diamants synthétiques incolores. Cette présentation donne un résumé de l’histoire du diamant synthétique, montre les problèmes associés à la présence croissante du diamant synthétique sur le marché et comment un laboratoire peut identifier ces diamants synthétiques dans des lots de diamants.

 

Aventures gemmologiques au Groenland. Par Vincent Pardieu (Gemmologue de terrain, Consultant à VP Consulting)

Depuis 2017, régulièrement, gemmologues et géologues francophones visitent le gisement de rubis à Aappaluttoq au Groenland. Une mine du bout du monde où une petite équipe exploite le rubis, jour et nuit, été comme hiver, malgré l’isolement, le froid et les longues nuits polaires. Mais une mine magique et pleine de surprises où on peut trouver des gemmes d’un rouge enchanteur, presque aussi anciennes que la vie sur Terre, alors que la mine est illuminée d’aurores boréales. Vincent Pardieu, qui l’a visitée 11 fois, partagera ses plus belles aventures gemmologiques au Groenland.